La construction d’une culture de la paix est la raison d’être de l’UNESCO. La démocratie fournit un environnement favorable à l’exercice des droits humains et, si elle s’accompagne d’un développement culturel, social et économique équitable, constitue une condition préalable à l’établissement d’une paix durable.

L’UNESCO estime que la paix « doit être établie, pour ne pas être vouée à l’échec, sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité ». Le dialogue entre les cultures, les civilisations et diverses origines balaie « l’incompréhension mutuelle des peuples » qui « a toujours été, au cours de l’histoire, à l’origine de la suspicion et de la méfiance entre nations, par où leurs désaccords ont trop souvent dégénéré en guerre » (L’Acte constitutif de l’UNESCO).

L’UNESCO contribue à la paix, à l’éthique et au dialogue de nombreuses façons :

  • Donner la parole aux jeunes et leur fournir les compétences, opportunités et tremplins nécessaires à l’optimisation de leurs potentiels en tant qu’acteurs du développement.
  • Soutenir le développement de politiques d’inclusion sociale assure l’égalité des chances, l’accès aux ressources et à un environnement favorable à la pleine participation des communautés et des individus à la conception de leurs sociétés (en particulier les femmes, les jeunes et les groupes défavorisés et vulnérables tels que les migrants, les personnes handicapées et les peuples autochtones).
  • Le sport et l’éducation en situation de post-conflits et post-catastrophes sont des outils du développement, de la paix et du renforcement des capacités communautaires. Ils encouragent l’inclusion sociale et constituent un moyen d’augmenter le capital social.
  • Les changements environnementaux planétaires représentent un facteur contemporain majeur de transformations sociales, et leurs effets devraient croître dans les décennies à venir – probablement au point de remettre en question non seulement la croissance et la prospérité mais aussi l’inclusion sociale et la réalisation des droits humains. Lire la suite

Source : UNESCO