Formation de renforcement des capacités pour les jeunes sur la consolidation de la paix et la prévention de la violenceObjectifs de la formation :

Cette formation est organisée dans le but de renforcer la capacité des jeunes leaders en Afrique à contribuer à la construction de la paix ; de responsabiliser les jeunes pour la prévention de la violence ; et de promouvoir une culture de la paix, de la compréhension et du respect mutuels entre les peuples.

Ses objectifs spécifiques sont les suivants :

  1. Renforcer la réflexion critique sur le rôle des jeunes dans la construction de la paix et la prévention de la violence par l’éducation ;
  2. Introduire une pédagogie transformatrice pour renforcer les compréhensions et les compétences critiques, ainsi que les actions de collaboration entre les jeunes pour favoriser la construction de la paix ;
  3. Renforcer les capacités des jeunes à développer des programmes éducatifs pour promouvoir le dialogue, la compréhension et le respect mutuel dans leurs communautés ; et
  4. Fournir des exemples d’expériences et d’actions menées par des jeunes, ainsi que de bonnes pratiques en matière d’autonomisation et de mobilisation des jeunes.
  5. Planifier au niveau national la mobilisation des jeunes et la diffusion de la formation en cascade.

La formation est prévue du 4 au 7 octobre 2021, de 14h à 17 h (heure de Paris/heure d’Afrique centrale), pour les participants arabophones et francophones.

Chaque session durera trois heures, permettant l’exploration d’un thème spécifique du cours et l’engagement virtuel dans des activités interactives et des sessions de dialogue.

Pays ciblés : Algérie, Burkina Faso, Cameroun, Egypte, Libye, Maroc, Mali, Niger, Tunisie et Sénégal.

Pour vous inscrire :

https://unesco-org.zoom.us/meeting/register/tJUodeqqqzssGt1cuizOxTIisZEHx2l6scyz

Contexte 

Les conflits et les situations d’urgence qui perdurent en Afrique ont entravé les efforts régionaux et mondiaux visant à fournir une éducation de qualité. En outre, les conflits dans ces pays ont entraîné un afflux massif de réfugiés dans les pays voisins. Or, les déplacements internes modifient aussi radicalement la dynamique démographique de la région. Cette situation a des répercussions négatives durables sur les progrès mondiaux et régionaux en matière d’amélioration de la qualité de l’éducation en Afrique.

L’inattendue pandémie de COVID-19 a entraîné une crise sanitaire mondiale sans précédent, avec des répercussions négatives sur les relations sociales, politiques et économiques dans le monde entier. En plus de prendre le monde totalement au dépourvu, l’apparition et la propagation de la pandémie ont eu un impact négatif sur le développement social et économique de l’Afrique et exacerbent l’intolérance et les sentiments d’appréhension sociale.

Les pays africains, qui souffrent de problèmes de santé publique et d’instabilité économique et sociale, constituent un terreau fertile pour la violence. De plus, les jeunes sont souvent en première ligne de ces activités violentes. Il est urgent de déployer des efforts pour remédier aux problèmes susmentionnés dans la situation actuelle et promouvoir des sociétés justes et pacifiques.

Les efforts de l’UNESCO

Le travail de l’UNESCO en matière de consolidation de la paix, de résilience et de prévention de l’extrémisme violent, à travers le domaine de l’éducation en Afrique, est guidé par l’Agenda 2063 et le CESA 2016 à 2025. Il est également guidé par l’Agenda 2030 et le Cadre d’action pour l’éducation, notamment la cible 4.7 des Objectifs de développement durable (ODD 4 sur l’éducation), qui appelle les pays à « faire en sorte que, d’ici à 2030, tous les apprenants acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable, y compris, entre autres, les droits de l’homme, l’égalité des sexes, la promotion d’une culture de la paix et de la non-violence, la citoyenneté mondiale et l’appréciation de la diversité culturelle et de la contribution de la culture au développement durable« .

C’est avec cette préoccupation que le gouvernement du Japon soutient depuis 2017 l’IICBA de l’UNESCO sur l’éducation à la paix. L’objectif principal du projet est d’inculquer la paix, la citoyenneté mondiale, le renforcement de la résilience et la prévention de l’extrémisme violent par l’éducation (PVE-E) aux jeunes en mettant l’accent sur le développement des enseignements, afin de créer une opportunité pour les jeunes d’adopter les valeurs de la paix.

La subvention du gouvernement japonais est accordée dans le cadre de la Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD). La TICAD s’est tenue pour la première fois en Afrique lors de sa VIe session au Kenya, réaffirmant son engagement à promouvoir des économies robustes et durables, des sociétés inclusives et résilientes, ainsi que la paix et la stabilité en Afrique.

Ce projet vise à renforcer les capacités des États membres africains à utiliser l’éducation pour prévenir l’extrémisme violent et sa résurgence dans le contexte de la pandémie de COVID-19, conformément à l’esprit de la TICAD 7 et du NAPSA. L’un des objectifs du projet est de renforcer la capacité des jeunes dans l’enseignement supérieur, dans les réseaux de jeunes et dans les milieux non formels, afin d’œuvrer pour la paix et de faire entendre leur voix.

Les jeunes sont des acteurs importants et critiques dans les efforts de construction de la paix. Les jeunes ont joué un rôle important dans la recherche de la paix et de la sécurité en Afrique. Ils ont démontré leur optimisme et leur motivation à mener des changements positifs dans leurs sociétés à travers des espaces alternatifs. Les organisations dirigées par des jeunes et orientées vers les jeunes ont contribué de manière significative aux activités et aux mouvements qui favorisent le dialogue et la réconciliation, en plaidant pour la consolidation de la paix aux niveaux local, national et sous-régional. Il est impératif d’encourager les jeunes à s’engager dans la résolution des problèmes au sein de leurs communautés et de les doter des compétences nécessaires pour devenir des agents de la paix et œuvrer à la remise en cause et à la disparition de la violence dans leurs communautés. Cela est d’autant plus important que la pandémie de COVID-19 a exacerbé les injustices et les inégalités dans les sociétés, ce qui a eu des effets néfastes sur la vie des gens, en particulier sur les jeunes, qui constituent la plus grande partie de la population. Par conséquent, il est d’autant plus urgent d’investir dans l’éducation pour la consolidation de la paix afin d’inculquer aux jeunes des valeurs éthiques propices à l’apprentissage de la vie en commun dans leurs communautés, de leur donner les moyens de participer de manière significative, de s’engager pour répondre aux questions et aux défis auxquels ils sont confrontés et à la transformation de leurs sociétés.

L’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA), en particulier le programme phare « Faire taire les armes en Afrique d’ici 2020 », souligne l’importance de la participation des jeunes aux efforts de transformation sociale positive et le rôle qu’ils jouent dans la conduite du changement dans toute la région. En s’appuyant sur l’agenda 2063 de l’UA, la Stratégie éducative continentale pour l’Afrique (CESA) 2016-2025 et l’agenda et le cadre d’action Éducation 2030, l’Institut international de l’UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique (IICBA) a travaillé activement sur la prévention de la violence et la promotion de la consolidation de la paix par l’éducation en Afrique. Dans le cadre de ses initiatives en 2020, en collaboration avec le programme africain Youth for Peace (Y4P) de l’UA, il a élaboré un guide de formation pour les jeunes. Ce guide peut être utilisé par les jeunes de différents secteurs, en particulier les jeunes leaders d’organisations impliquées dans la consolidation de la paix et l’éducation, et les jeunes dans les universités et les programmes de formation des enseignants.

Le processus d’élaboration du Guide comprend une série de dialogues avec des jeunes de toutes les sous-régions d’Afrique. Ces dialogues ont permis aux jeunes de partager leurs expériences et leurs idées sur la manière dont ils sont touchés par la violence et la paix, sur la manière dont ils peuvent être responsabilisés et devenir des agents du changement grâce à l’éducation, pour la construction de la paix et la prévention de la violence. Les contributions de cette série de dialogues ont été incorporées dans le développement et la finalisation de ce guide, y compris lors de la validation de son objectif, et la stratégie sur la façon de l’utiliser, de l’appliquer et de le diffuser.