Commission nationale pour l’UNESCO : Les chefs d’établissements pour prévenir l’extrémisme violentLa Commission nationale burkinabè pour l’UNESCO a organisé un atelier de formation des directeurs d’école et des chefs d’établissement du post-primaire et du secondaire sur le thème : «Prévention de l’extrémisme violent, dialogue interreligieux et redynamisation du réseau des écoles associées de l’UNESCO du Burkina Faso». L’atelier s’est tenu à Ouahigouya du 24 au 26 février 2021 et  placé sous la présidence du Pr Alkassoum Maïga, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Président de la Commission nationale Burkinabè pour l’UNESCO. 

Cette formation a regroupé une quarantaine de participants venus des régions du Centre, du Centre-Est, du Centre-Nord, du Centre-Ouest, du Centre-Sud, du Plateau central, de l’Est et du Nord. Pour le Conseiller technique, Dieudonné Ilboudo, représentant le Ministre de l’Enseignement  supérieur, de la Recherche scientifique et de l’innovation, cet atelier  a lieu dans un contexte difficile d’insécurité, d’incivisme et d’intolérance que traverse le Burkina Faso, et auquel combat doivent contribuer les écoles et les établissements d’enseignement primaire, post-primaire et secondaire. Car, comme le stipule l’acte constitutif de l’UNESCO, «la guerre prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix». D’où la nécessité d’outiller les directeurs d’école et chefs d’établissement afin qu’ils contribuent à inculquer aux plus jeunes les valeurs du vivre-ensemble, et partant avec l’accompagnement de l’ensemble des acteurs de l’éducation nationale. Lire la suite

 

Source : L’express du Faso