L’éducation est essentielle pour bâtir une société plus résilienteLa crise du COVID-19 a mis au jour les nombreuses failles et inégalités des systèmes éducatifs à travers le monde. Alors que les États commencent à reconstruire leur économie et les moyens de subsistance de leurs citoyens, il apparaît essentiel, selon un nouveau rapport de l’OCDE, que les dépenses publiques à long terme consacrées à l’éducation restent une priorité pour que chaque jeune ait la possibilité de poursuivre des études, réussir à l’école et d’acquérir les compétences dont il aura besoin pour apporter sa contribution à la société.

L’édition 2020 de Regards sur l’éducation, ainsi qu’un rapport connexe analysant les répercussions de la crise, attire l’attention sur le fait que, si l’on ne sait pas avec certitude quel sera l’impact global de la pandémie de COVID-19 sur les dépenses d’éducation, les pouvoirs publics risquent néanmoins de devoir prendre des décisions difficiles quant à l’affectation des fonds publics à mesure que la croissance économique ralentira, que les recettes fiscales baisseront et que les coûts de la santé et de la protection sociale augmenteront. En 2017, les dépenses publiques totales consacrées à l’enseignement, depuis le primaire jusqu’au supérieur, s’élevaient en moyenne à 11 % des dépenses publiques totales dans les pays de l’OCDE, ce pourcentage allant d’environ 7 % en Grèce à environ 17 % au Chili.

« Le renforcement des systèmes éducatifs doit être au cœur des plans des gouvernements pour sortir de cette crise et doter les jeunes des compétences et des qualifications dont ils ont besoin pour réussir », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, à l’occasion de la présentation du rapport à Paris. « Il est essentiel de tout mettre en œuvre pour que la crise n’accentue pas les inégalités en matière d’éducation qui ont été décelées dans de nombreux pays. La crise actuelle met à l’épreuve notre capacité à faire face à des perturbations de grande ampleur. Il nous appartient désormais d’en tirer toutes les conséquences pour construire une société plus résiliente. » Lire la suite

 

Source : Algérie Eco