Apprentissage de la citoyenneté... des bonnes intentions au curriculum cachéFormer les professeurs, oui, mais à quoi ?

Pour que l’apprentissage de la citoyenneté s’opère à l’école, au collège et au lycée, y a-t-il quelque chose à faire ? Avant de charger le programme de formation initiale et continue des enseignants de missions nouvelles, il serait prudent de répondre à quelques questions :

  1. De quoi s’agit-il ? De quel apprentissage parle-t-on ? La citoyenneté, est-ce une affaire d’attitude, de savoirs, de compétences, de valeurs, d’identité ? Tout cela à la fois ? Mais encore ?
  2. Où apprend-on la citoyenneté et comment ? Quel est la part de l’éducation délibérée et celle de la socialisation implicite ?
  3. L’école joue-t-elle aujourd’hui un rôle, sciemment ou involontairement, par l’enseignement ou par le curriculum caché ?
  4. Peut-on envisager une plus grande prise pédagogique et didactique sur cet apprentissage ? Par quels biais ? L’enseignement ? L’éducation ? La vie scolaire ? L’organisation de la classe et de l’établissement ? La relation pédagogique ?
  5. Quelles attitudes, savoirs, valeurs et compétences cela exigerait-il chez les enseignants ?
  6. Peut-on les former dans ce sens, où et comment ?

Ces questions questionnent à leur tour les finalités de l’école, les programmes, le rôle des enseignants, la transposition didactique au delà des savoirs.

Se les poser diffère à coup sûr le temps des réponses bien assurées. Ne pas se les poser condamne à succomber aux effets de mode. Lire la suite

Date de publication : 1997

Auteur : Philippe Perrenoud – Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève / © Philippe Perrenoud, Université de Genève.

Source : Université de Genève

Lien : Télécharger