Prévention

Wébinaire : Le rôle des enseignants pendant la crise liée au COVID-19 et comment la pédagogie transformationnelle peut soutenir les besoins d'apprentissage pendant et après la pandémie

Wébinaire 2 IICBA

Retrouvez l'enregistrement vidéo de ce wébinaire ici.

Ce mercredi 20 mai, de 13h à 14h30 (TU), l’IICBA vous invite à suivre le deuxième d’une série de quatre wébinaires sur la pédagogie transformationnelle, la paix et la résilience en temps de crise sanitaire mondiale.

Date : Mercredi 20 mai 2020
Heure : 13h-14h30 TU

Durée : 90 minutes

Au cours de ce séminaire en ligne, basé sur l'approche de la pédagogie transformationnelle pour la paix, le renforcement de la résilience et la prévention de l'extrémisme violent, les éducateurs seront initiés à l'utilisation de la pédagogie transformationnelle pour aider les apprenants à protéger, pour les soutenir et les autonomiser en ces temps difficiles. Le wébinaire examinera également comment les éducateurs peuvent responsabiliser et transformer les apprenants en répondant aux nouvelles exigences éthiques à l'ère du COVID-19.

D’après l'Association pour le développement de l'éducation en Afrique (ADEA) et le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE), l'éducation est l'un des secteurs les plus touchés par la crise liée au COVID-19. La fermeture d'établissements d'enseignement dans de nombreux pays africains risque d'affecter négativement l’accès, la qualité et les investissement prévus dans l’éducation. Au cours des dernières semaines, les gouvernements africains et les principaux acteurs de l'éducation ont mis en place des mesures pour promouvoir la continuité de l'éducation. Celles-ci ont été efficaces et ont permis de joindre une partie des apprenants, mais les défis subsistent.

Après la pandémie, des millions d'élèves retourneront à l'école et se retrouveront plus pauvres, plus vulnérables et dans certains cas, auront été victimes de violence. Même s'ils ne sont pas directement touchés, les apprenants seront témoins de changements dans leur environnement et de défis éthiques qui se produiseront dans leur contexte à la suite de la pandémie.

Alors que le monde se rallie devant les défis posés par la pandémie, les groupes extrémistes, y compris ceux d'Afrique de l'Ouest, ont continué de mener des attaques à grande échelle et à conduire des activités transfrontalières. La situation actuelle risque de compromettre les progrès réalisés dans la consolidation de la paix et la prévention de l'extrémisme violent, y compris ceux réalisés par le secteur de l'éducation.

Comment le secteur de l'éducation et les enseignants, en tant que premiers intervenants, peuvent-ils aider les apprenants à faire face à ces défis qui vont avoir des conséquences importantes sur leur bien-être socio-émotionnel, mental et spirituel ?

La pédagogie transformationnelle peut aider les enseignants à mener un apprentissage centré sur l'apprenant qui permet aux enfants de réfléchir de manière critique à leur réalité, de prendre conscience de leurs responsabilités individuelles et collectives, de faire preuve d'empathie envers les autres et d'être outillés pour répondre positivement. La pédagogie transformationnelle fournit un soutien pour réfléchir aux problèmes contextuels auxquels les enfants sont confrontés et aide à créer des environnements d'apprentissage sûrs pour le dialogue et les échanges autour de ces problèmes.

Le rôle des enseignants en ces temps est plus important que jamais, car ils sont des acteurs clés, non seulement pour soutenir l'apprentissage des enfants mais aussi pour renforcer leur sentiment d'appartenance à une communauté plus large, nourrir leur bien-être et l'estime de soi et leur offrir des occasions de dialogue pour réfléchir aux défis éthiques que le monde présente avec espoir et positivité, de développer leur imagination, leur pensée critique et d’encourager des moyens concrets de se connecter les uns aux autres, tout en maintenant une distance physique.

La pandémie peut offrir des opportunités pour permettre aux apprenants de résoudre de manière significative certains problèmes en cours. En fait, alors que COVID-19 a laissé des millions d'enfants hors de l'école, la pandémie a également montré notre interconnexion et le pouvoir de la solidarité humaine. Les éducateurs peuvent s'appuyer sur cette opportunité d'apprentissage et aider les apprenants à renforcer leur sentiment d'appartenance à une communauté plus large et à encourager un engagement actif pour la transformation de la communauté et pour atteindre les plus vulnérables.

Il s’agira de :

  • discuter de l'impact de COVID-19 sur les besoins éducatifs des enfants et des jeunes en Afrique ;
  • identifier comment le secteur de l'éducation et les enseignants en tant que premiers intervenants peuvent aider les apprenants à faire face et à répondre positivement aux défis éthiques qui surviennent pendant et après la pandémie et ses effets sur le bien-être socio-émotionnel, mental et spirituel des enfants ;
  • introduire la pédagogie transformationnelle comme outil aidant les enseignants à répondre aux besoins des apprenants, à donner aux enfants les moyens de résister et de les outiller pour faire face au contexte qui les entoure, et répondre positivement aux défis auxquels ils sont confrontés.

Lors de la réouverture des écoles, il sera essentiel d'offrir aux apprenants des espaces de dialogue, pour partager leurs sentiments, leurs expériences et réfléchir à ce qui s'est passé et aux défis éthiques auxquels leurs communautés et le monde sont confrontés. Ils pourront alors imaginer des alternatives pour contribuer à la transformation de leurs communautés.

Déroulé et intervenants :

Ouverture et introduction du thème
Madame Yumiko Yokozeki, Directrice, UNESCO IICBA : Institut international pour le renforcement des capacités en Afrique

Discours inaugural
Monsieur Dimitri Sanga, Directeur du Bureau régional multisectoriel de l'UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel)

Intervenants

Prof Boubacar Niane
Professeur de sociologie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar Sénégal – UCAD – FASTEF

Madame Nora Tairi
Ministère de l’ Education, Algérie

Madame Eleonora Mura
Arigatou International Genève

Modérateur de la discussion

Monsieur Saliou Sall, Chargé de Programme, UNESCO IIRCA : Institut international pour le renforcement des capacités en Afrique

Modératrice de la discussion en chat

Madame Catherine Collin, Bureau régional multisectoriel de l'UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel)

 

Rendez-vous également sur le site de l'IICBA



Vivre ensemble en paix : le pouvoir de l'éducation, de l'engagement des citoyens et de la prévention de l'extrémisme violent

Vivre ensemble en paix : le pouvoir de l'éducation, de l'engagement des citoyens et de la prévention de l'extrémisme violent

Face à la pandémie de COVID 19, notre interdépendance et notre capacité à nous unir pour résoudre ensemble un problème collectif n'a jamais été aussi apparente. Demain, nous commémorons la Journée internationale du vivre-ensemble dans la paix, adoptée par les Nations Unies en 2017 pour célébrer un monde qui « promeut la paix, la tolérance, l'inclusion, la compréhension et la solidarité » (Résolution 72/130 de l'ONU). Une occasion de nous tourner vers la région de l'Afrique de l'Ouest et du Centre pour mettre en valeur le travail des gouvernements et des partenaires qui soutiennent le vivre ensemble par l’éducation.

En Afrique de l'Ouest et du Centre (AOC), le changement climatique, la pauvreté, l'inégalité des sexes, l'instabilité politique et le chômage menacent la coexistence pacifique et le développement durable des sociétés. Dans la région, 12 des 24 États (en anglais) connaissent actuellement des situations de conflit armé entraînant notamment de nombreux déplacements forcés, aussi bien à l’intérieur des pays touchés que vers les pays voisins. Début 2020, la région comptait près de 2 millions de réfugiés, 7 millions de déplacés internes et 1,8 million de personnes à risque d’apatridie (selon le Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre du HCR).

Selon un rapport de l’ONG Save the Children, sur les 10 pays les plus durement touchés par des conflits ayant de graves conséquences sur les enfants, quatre se trouvent en AOC (en anglais) : la Centrafrique, la République démocratique du congo, le Mali et le Nigeria.

Dans ce contexte, l'extrémisme violent est en hausse (en anglais). Selon l'ONUDC (en anglais), l'extrémisme violent « comprend des formes de violence à motivation idéologique » qui peuvent inclure « la déformation et l'exploitation des croyances religieuses, des différences ethniques et des idéologies politiques ».

Au fur et à mesure que la menace s'accroît, la violence affecte gravement les possibilités d'éducation : les menaces pesant sur le personnel éducatif et les attaques contre les établissements scolaires privent les enfants de leur droit à l'éducation et les exposent à des risques accrus d'abus, de violence et d'exploitation.

En février 2020, bien avant la fermeture de la plupart des systèmes éducatifs en raison de la pandémie de coronavirus, 3 641 écoles étaient fermées en raison de la violence (en anglais) et de l’insécurité au Burkina Faso, au Mali et au Niger, affectant ainsi près de 700 000 enfants et 20 000 enseignants (Cluster Education Burkina Faso, Mali et Niger). Des chiffres qui ont augmenté en raison des mesures de confinement liées au COVID-19 : plus de 128 millions d'enfants ne sont actuellement pas scolarisés dans la région. Confinés dans leurs maisons, ces jeunes passent plus de temps sur Internet, ce qui les expose davantage aux risques de radicalisation en ligne (en anglais).

Comment pouvons-nous promouvoir le vivre ensemble et prévenir l'extrémisme violent par l’éducation ?

Le vivre-ensemble suppose un développement et une compréhension de soi et des autres (en anglais) qui conduisent à l'interdépendance et à des réponses pacifiques, conjointes et intelligentes aux défis du monde. Cela s’inscrit dans le cadre de l'Objectif de développement durable (ODD) cible 4.7 (en anglais) - qui vise à garantir à tous les élèves des connaissances et des compétences requises pour la promotion du développement durable d’ici 2030 - et de tous les autres ODD.

Ces valeurs sont partagées par la communauté internationale dont les membres de l’organisation internationale de la Francophonie qui ont adopté l'Appel francophone d’Erevan pour le vivre ensemble en 2018.

En tant qu'élément central de l’ODD 4.7, l'éducation à la citoyenneté mondiale, intègre les principes du vivre ensemble et enseigne aux élèves une approche de résolution des problèmes tant à l’échelle locale que mondiale qui intègre un esprit de coopération et d'interdépendance. Le respect de la diversité et des différentes identités - de genre, de religion, de culture et autres - ainsi que la capacité à penser de manière critique, préparent les apprenants à répondre aux défis auxquels ils sont confrontés avec empathie pour construire un monde durable.

L'éducation à la citoyenneté mondiale est au cœur de la réponse à l'extrémisme violent dans la région, notamment par une approche connue sous le nom de prévention de l'extrémisme violent par l'éducation (PEV-E). Si l'éducation ne peut à elle seule prévenir l'extrémisme violent, elle peut limiter la diffusion des idéologies, discours et propagandes extrémistes en fournissant aux individus les compétences nécessaires pour les remettre en question.

L'éducation a le pouvoir d’enseigner les tenants de la paix, de la non-violence, de la résolution pacifique des conflits, de l'information et de l'alphabétisation en ligne, ainsi que des compétences sociales et émotionnelles. Lorsque les élèves sont éduqués et dotés des compétences nécessaires pour résister aux idéologies extrémistes, la diffusion de l'extrémisme devient limitée.

Apprendre le vivre ensemble et la PEV-E favorisent également le changement. Cela peut signifier un changement de soi, une transformation de la communauté, de la société et même du monde. La transformation se produit par l'action, et les apprenants doivent être encouragés à agir pour créer le changement. La pédagogie transformationnelle et participative et les approches centrées sur l'élève peuvent être utilisées en classe, par opposition à l'apprentissage par cœur ou à la mémorisation, pour former des citoyens actifs, critiques et résilients.

Il est important de soutenir à la fois les apprenants et les enseignants lorsqu'il s'agit de pédagogies transformatrices. Les enseignants ont besoin d'un soutien sous forme de formation initiale et continue pour se doter de nouvelles approches et d'une mise en réseau lorsqu'ils appliquent de nouveaux outils en classe.

L'équipe de travail Learning to Live Together (LTLT) a travaillé avec les ministères de l'éducation du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Sénégal pour promouvoir ces changements pédagogiques en adaptant une pédagogie transformationnelle aux contextes nationaux, en formant des formateurs et des enseignants, en faisant le suivi des enseignants et en impliquant la communauté, notamment les parents et les familles, dans ces changements.

La pédagogie transformationnelle peut être appliquée à l'éducation à différents niveaux et dans plusieurs disciplines. En Mauritanie par exemple, les ministères chargés de l’éducation travaillent avec l’UNESCO pour intégrer cette approche pédagogique dans les programmes d’alphabétisation et d’éducation non formelle dans les matières telles que l'éducation civique, les sciences, l’éducation islamique, l’arabe et le français.

A l’ère du COVID-19, il est également important d’ajuster les projets de PEV-E existants, afin de les rendre accessibles en ligne ou par téléphone mobile. Le HCR soutient par exemple les enseignants et élèves réfugiés, tout comme ceux issus des communautés hôtes, à maintenir les actions de prévention et de sensibilisation à distance en organisant des formations et activités en ligne, notamment à travers des groupes WhatsApp.

Les membres du LTLT partagent des connaissances et expériences entre eux et avec les points focaux travaillant à la PEV-E au niveau des gouvernements. Les praticiens travaillant sur l’apprentissage du vivre-ensemble trouveront des ressources pertinentes en français et en anglais, des liens et une communauté de professionnels sur vivons-ensemble.net.

 

Retrouvez également cet article sur le site du Partenariat Mondial pour l'Education



Invitation au wébinaire : Comment l'éducation peut-elle répondre aux besoins d'apprentissage pendant la pandémie du COVID-19, notamment en favorisant la résilience et le bien-être des enfants ?

Wébinaire 1 IICBA

Retrouvez l'enregistrement vidéo de ce wébinaire ici.

Ce mercredi 13 mai, de 13h à 14h30 (TU), l’IICBA vous invite à suivre le premier d’une série de quatre wébinaires sur la pédagogie transformationnelle, la paix et la résilience en temps de crise sanitaire mondiale.

Date : Mercredi 13 mai 2020
Heure : 13h-14h30 TU

Durée : 90 minutes

Liens d’inscription : https://tinyurl.com/ydgoh4ly ou https://bit.ly/3ft0Xg6

Alors que le secteur de l'éducation a réagi aux fermetures d'écoles en mettant en place des espaces d'apprentissage en ligne et d'autres pratiques innovantes pour soutenir l'enseignement à domicile, la moitié des élèves du monde ne sont actuellement pas scolarisés et n'ont pas accès à un ordinateur, et plus de 40% des enfants n'ont pas accès à Internet à la maison. De nombreux enfants sont laissés pour compte, avec des disparités croissantes dans l'accès à l'éducation et à l'apprentissage, ce qui compromet leur sécurité et leur bien-être.

L'éducation devrait répondre aux besoins des apprenants, donner aux enfants les moyens de faire preuve de résilience, les équiper pour faire face au contexte qui est le leur et répondre positivement aux défis auxquels ils sont confrontés.

La pandémie du Covid-19 peut offrir des possibilités de donner aux apprenants les moyens d'aborder de manière significative certaines de ces questions. Si elle a bouleversé et déstabilisé le secteur de l'éducation, privant des millions de jeunes de se rendre l'école, elle a également montré notre interconnexion et le pouvoir de la solidarité humaine.  Les éducateurs peuvent s'appuyer sur cette expérience comme une opportunité d'apprentissage et soutenir les apprenants pour renforcer leur sentiment d'appartenance à une communauté plus large, et encourager un engagement actif pour la transformation de la communauté et pour atteindre les plus vulnérables.

Cependant, tandis que le monde se mobilise pour relever le défi posé par la pandémie du Covid-19, les groupes extrémistes, y compris ceux d'Afrique de l'Ouest, ont continué à perpétrer des attaques de grande envergure et à mener des opérations transfrontalières. La situation actuelle risque de compromettre les progrès réalisés en matière de consolidation de la paix et de prévention de l'extrémisme violent, y compris ceux réalisés par le secteur de l'éducation.

Comment le secteur de l'éducation et les enseignants, en tant que premiers intervenants, peuvent-ils aider les apprenants à faire face à ces défis qui se posent pendant et après la pandémie, et aux effets qu’ils causent sur leur bien-être socio-émotionnel, mental et spirituel ?

Ce webinaire réfléchira à la manière dont les éducateurs peuvent donner aux apprenants les moyens de se prendre en charge et de se transformer en répondant aux nouvelles exigences éthiques à l'ère du COVID-19.

Il s’agira de :

  • discuter de l'impact du COVID-19 sur les besoins éducatifs des enfants et des jeunes en Afrique ;
  • identifier comment le secteur de l'éducation et les enseignants, en tant que premiers intervenants, peuvent aider les apprenants à faire face et à répondre positivement aux défis éthiques qui se posent, pendant et après la pandémie, et aux effets qu’ils causent sur le bien-être socio-émotionnel, mental et spirituel des enfants ;
  • fournir des recommandations aux éducateurs pour qu'ils continuent à répondre aux besoins de renforcement de la paix, de la resilience et de la prévention de l'extrémisme violent dans le contexte actuel.

Lors de la réouverture des écoles, il sera essentiel d'offrir aux apprenants des espaces de dialogue, pour partager leurs sentiments, leurs expériences et réfléchir à ce qui s'est passé et aux défis éthiques auxquels leurs communautés et le monde sont confrontés. Ils pourront alors imaginer des alternatives pour contribuer à la transformation de leurs communautés.

Déroulé et intervenants :

Remarques de bienvenue et introduction du thème – 5 minutes

Dr. Yumiko Yokozeki
Directeur, Institut de l'UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique

Discours d'ouverture - 10 minutes

Mme Ann Therese Ndong-Jatta
Directeur du bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est

Discussion en groupe - 20 minutes

Mme Maria Lucia Uribe
Directeur Arigatou International Genève

M. Peter Tabichi (à confirmer)
Enseignant, école secondaire de Keriko, Kenya
Lauréat du Prix mondial des enseignants 2019

Questions et discussions - 40 minutes



Wébinaires : La pédagogie transformationnelle et la promotion de réflexions éthiques pour la résilience et la prévention de l’extrémisme violent par l’éducation pendant la période du Covid-19

Webinaires iicba

L'Institut international de l'UNESCO pour le renforcement des capacités en Afrique (IIBA) vous invite à participer à quatre wébinaires, chaque mercredi du mois de mai, sur la manière dont la pédagogie transformationnelle et la promotion de réflexions éthiques peuvent aider les enseignants pendant la période du Covid-19, pour la résilience et la prévention de l’extrémisme violent par l’éducation.

Près de 90 % des écoliers du monde sont actuellement privés d'école. Alors que le confinement, partiel ou total, est de mise dans de nombreux pays, le risque de violences dans les foyers est accru par plusieurs facteurs, tels que des niveaux de stress plus élevés, la fermeture des écoles et des entreprises, la perte de revenus et la vulnérabilité économique, le confinement de la famille, l'isolement et la perte d'accès aux systèmes de soutien.

Les enseignants sont aujourd'hui plus que jamais appelés à réinventer la façon dont l'apprentissage se déroule. La continuité pédagogique, dans ces conditions nouvelles causées par la pandémie du Covid-19, doit toucher tous les enfants, de manière inclusive, significative et de qualité, en considérant non seulement les matières du programme scolaire, mais aussi le stress émotionnel et mental des enfants, qui influence l'apprentissage et la compréhension des savoirs.

Comment les enseignants peuvent-ils être préparés à relever les défis de la protection de l'enfance et donner aux enfants les moyens d'agir dans un monde en mutation ?

Comment les enseignants peuvent-ils contribuer à réinventer l'apprentissage et utiliser les outils en ligne pour faire participer les enfants à des activités éducatives utiles ?

Comment les enseignants peuvent-ils aider les parents à s'engager et à apprendre avec leurs enfants, alors qu'ils sont à la maison ?

La pédagogie transformationnelle aide les enseignants à développer un apprentissage centré sur l’enfant, qui contribue à donner aux enfants les moyens de réfléchir de manière critique et adapté à leur réalité, de prendre conscience de leurs responsabilités individuelles et collectives, de faire preuve d'empathie envers les autres et d’être capable de réagir de manière positive au niveau local dans un contexte mondial.

Elle apporte un soutien à la réflexion sur les problèmes contextuels auxquels les enfants sont confrontés, et contribue à créer des environnements d'apprentissage sûrs pour le dialogue et le partage autour de ces questions.

Sur la base de l'approche de la pédagogie transformationnelle en matière de paix, de renforcement de la résilience et de la prévention de l'extrémisme violent, les éducateurs seront initiés à la manière dont la promotion de réflexions éthiques et l'utilisation de la pédagogie transformationnelle peuvent contribuer à protéger, soutenir et responsabiliser les apprenants en ces temps difficiles.

La promotion de réflexions éthiques pendant la pandémie Covid-19 est essentielle pour réfléchir aux responsabilités et aux implications éthiques des enfants et des jeunes : alors que les systèmes éducatifs sont désorganisés, il faut s'attacher à encourager les jeunes à réfléchir à leurs responsabilités en tant que citoyens du monde, et à leurs relations les uns avec les autres afin de prévenir la violence

Rendez-vous en ligne les mercredis 13, 20, 27 mai, et le 3 juin 2020, de 13h à 14h30 TU.

Mercredi 13 mai :
Comment l'éducation peut-elle répondre aux besoins d'apprentissage pendant la pandémie du COVID-19, notamment en favorisant la résilience et le bien-être des enfants ?

Retrouvez l'enregistrement vidéo de ce wébinaire ici.

Mercredi 20 mai :
Le rôle des enseignants pendant la pandémie du COVID 19 et comment la pédagogie transformationnelle peut soutenir les besoins d'apprentissage pendant et après la pandémie.

Mercredi 27 mai :
Comment la pédagogie transformatrice peut répondre aux besoins d'apprentissage pendant la pandémie COVID-19 et soutenir le bien-être et la résilience des enfants pendant et après la pandémie ?

Mercredi 3 juin :
Implications éthiques pour les systèmes d'éducation et impact sur les enfants et les jeunes pendant et après la pandémie COVID-19.

Ces quatre wébinaires visent à :

  • Identifier, en utilisant la pédagogie transformationnelle, les moyens de créer des environnements et des plateformes d'apprentissage alternatifs sûrs, positifs et responsabilisant pendant la fermeture des écoles ;
  • renforcer la capacité des enfants à répondre aux exigences éthiques du monde pendant la pandémie du COVID-19 ;
  • explorer les moyens par lesquels les éducateurs peuvent soutenir et influencer le bien-être des enfants pendant la pandémie du COVID-19 afin de favoriser la résilience.

 

Pour en savoir plus : Site de l'IICBA



(COVID-19) La solidarité, la coopération et l'empathie sont la seule réponse rationnelle à l'épidémie mondiale


SHANGHAI, 13 mars (Xinhua) -- La solidarité, la coopération et l'empathie sont la seule réponse rationnelle à l'épidémie mondiale de nouveau coronavirus (COVID-19), déclare un rapport publié par un groupe de réflexion affilié au gouvernement à Shanghai.

Les pays au front font de grands sacrifices, offrant au monde un temps précieux pour prendre des précautions, ont indiqué les Instituts pour les études internationales de Shanghai (SIIS) dans le rapport intitulé "Coopération internationale pour la lutte contre le coronavirus : résultats, leçons et voie à suivre".

Pour lire la suite, cliquez ici.

Source : News Xinhuanet



Atelier Sur Les Médias Et Le Terrorisme Au Sahel : Plus De Rigueur Dans La Couverture Des Événements En Lien Avec Le Terrorisme Et L’extrémisme Violent


Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Mohamed Bazoum a présidé hier matin la cérémonie d’ouverture de l’atelier Médias et terrorisme au Sahel « analyse et stratégie » organisé par la Fondation Konrad Adenauer Stifung en collaboration avec la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’Investigation (CENEZO). Lire la suite...

 

Source :  lesahel



Une Communication non-violente pour l’Afrique de l’Ouest


Titre : Une Communication non-violente pour l’Afrique de l’Ouest

Date de publication : 02 septembre 2019

Description : L’Afrique de l’ouest a vécu au cours des deux dernières décennies des transformations profondes sur le plan social, culturel, institutionnel et politique. Malheureusement, ces changements s'accompagnent d'une résistance de la part des personnes au pouvoir et conduisent souvent à la violence. Cette publication examine comment sensibiliser la population, surtout la jeunesse, à donner un type de communication qui œuvre à prévenir les conflits. L’enseignement des techniques de CNV aux jeunes leur permet de garder leur sérénité dans les situations pouvant dégénérer en violence. 

Auteur : Rosa Luxemberg Stiftun Afrique de l'Ouest

Lien : TELECHARGER 



Promouvoir la prévention de l’extrémisme violent auprès des migrants maliens


Environ 763 millions d’individus vivent en dehors de la région où ils sont nés et nous observons actuellement les plus hauts niveaux de déplacements jamais enregistrés, avec 65,6 millions de personnes déplacées de force à travers le monde, selon les statistiques des Nations Unies.Au Mali, le conflit armé qui a éclaté au nord du pays en 2012 entre le Gouvernement et des insurgés, comprenant des groupes extrémistes radicaux, a provoqué une crise migratoire. Selon des chiffres récents des Nations Unies et du Gouvernement, plus de 135 000 réfugiés maliens ont migré vers le Burkina Faso, la Mauritanie et le Niger voisins, et beaucoup d’autres personnes ont été déplacées à l’intérieur du Mali. Ces migrants, en particulier les jeunes peu alphabétisés, peuvent être vulnérables à la radicalisation et être recrutés par des groupes extrémistes violents. Lire la suite...

 

Source : UNESCO



Pages

S'abonner à RSS - Prévention