Paix

Le Conseil de sécurité souligne le rôle des jeunes dans la prévention et le règlement des conflits

Conseil de securite ONU

Dans une déclaration publiée par sa Présidence, le Conseil s’est dit conscient du fait que les jeunes d'aujourd'hui sont les plus touchés par les conflits armés et constate avec préoccupation que, dans la population civile, les jeunes représentent une forte proportion des personnes qui subissent les effets des conflits armés, y compris comme réfugiés et déplacés.

« Le fait qu'ils soient privés d'accès à l’éducation et de perspectives économiques est fortement préjudiciable à l'instauration d’une paix et d'une réconciliation durables », ont dit les membres du Conseil.

Le Conseil de sécurité considère que l'importance démographique de la jeunesse est un atout qui peut contribuer à l'instauration d'une paix et d'une prospérité économique durables, « si tant est que des politiques inclusives soient en place ». Ses membres ont réaffirmé que les jeunes peuvent jouer un rôle majeur et constructif dans la prévention et le règlement des conflits « et, singulièrement, pour ce qui est de l’efficacité à long terme, de la capacité d'intégration et de la réussite des activités de maintien et de consolidation de la paix, ainsi que dans les situations consécutives à un conflit ».

Six recommandations pour mobiliser les jeunes en faveur de la paix

Le Conseil a pris note note des dispositions de l’Agenda 2063 de l’Union africaine selon lesquelles, pour prévenir durablement les guerres et régler les conflits, il convient de promouvoir une culture de paix et de tolérance parmi les enfants et les jeunes par l’intermédiaire d'une éducation axée sur la paix. L’instance onusienne a encouragé les Etats membres à réaliser six recommandations pour mobiliser les jeunes et les inciter à faire taire les armes en Afrique d'ici 2020. 

Lire la suite 
Photo ONU/Eskinder Debebe - Le Conseil de sécurité de l'ONU lors d'une réunion (photo d'archives).



Atelier Sur Les Médias Et Le Terrorisme Au Sahel : Plus De Rigueur Dans La Couverture Des Événements En Lien Avec Le Terrorisme Et L’extrémisme Violent


Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Mohamed Bazoum a présidé hier matin la cérémonie d’ouverture de l’atelier Médias et terrorisme au Sahel « analyse et stratégie » organisé par la Fondation Konrad Adenauer Stifung en collaboration avec la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’Investigation (CENEZO). Lire la suite...

 

Source :  lesahel



Lutte contre l'extrémisme violent : l'implication des communautés


Le monde enregistre une recrudescence de l’extrémisme violent. La lutte contre ce phénomène requiert plus de vigilance et une coordination des différentes actions pour mieux le circonscrire.  C’est dans cet esprit que l’organisation «Think Peace», à l’avant-garde du combat contre l’extrémisme violent, a organisé, vendredi dernier, une cérémonie officielle de remise de sa note analytique au ministère des Affaires religieuses et du Culte. Lire la suite...

 

Source : 



Appel à propositions 2019 pour le financement de projets de recherche portant sur l’Extrémisme Violent


Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (Direction Générale de la Recherche Scientifique -DGRS) annonce l’ouverture de l’Appel à propositions pour le financement de projets de recherche, d’une durée de 12 mois, portant sur l’Extrémisme Violent. Cet Appel s’inscrit dans le cadre d’un fonds de recherche scientifique créé en partenariat avec la Commission Nationale de Lutte Contre le Terrorisme et le PNUD (Tunisie). Lire la suite...

 

Source : anpr



L’État doit prendre en charge la demande en enseignement religieux pour ne pas laisser la place à des marchands de doctrine


Dans le cadre du débat sur la paix et la sécurité en Afrique de l’Ouest, WATHI a rencontré le professeur Seydou Khouma, spécialiste des questions sur l’islamisme et le radicalisme religieux au Sénégal. Dans cet entretien, il analyse la montée de l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest ainsi que les réponses qui sont apportées à ce phénomène. Lire la suite...

 

Source : wathi.org

 



Des pays du Sahel réunis autour du suivi de l’intégration de la PEV dans les systèmes éducatifs


Le Mali, le Niger, la Gambie, le Burkina Faso, le Sénégal et la Guinée-Bissau, se sont réunis pendant deux jours à Dakar pour faire l’état d’avancement de l’intégration de la prévention de l’extrémisme violent (PEV) dans les programmes éducatifs et dans les processus d'enseignement et d'apprentissage de leur pays respectif. Lire la suite...

 

Source: UNESCO



Intégration de la pédagogie transformationnelle dans les systèmes éducatifs, un outil efficace pour la prévention de l’extrémisme violent


Les représentants des ministères de l’éducation primaire et secondaire du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Sénégal ont partagé au cours d’un atelier à Niamey (Niger), leurs expériences et échangé sur les moyens d’intégration de la pédagogie transformationnelle dans leurs systèmes éducatifs en tant qu’outil favorisant la résilience, l’engagement pour la paix et la prévention de l’extrémisme violent. Lire la suite...



Pages

S'abonner à RSS - Paix