Apprendre à vivre ensemble

Construction de la Paix et de la Résilience et pour la Prévention de l’Extrémisme Violent


Une formation à l’intention des formateurs d’enseignants du secondaire sur la pédagogie transformationnelle pour la construction de la paix s’est ouverte, le 29 octore, à Dakar, pour 5 jours à l’initiative de l’Institut international pour le renforcement des capacités en Afrique de l’UNESCO.

L’objectif est de former les principaux formateurs d’enseignants du secondaire (exerçant en formation initiale et continue) au guide et aux activités de construction de la paix, de résilience et de prévention de l’extrémisme violent, en mettant l’accent sur les curricula, la pédagogie, l’intégration et la pratique de l’évaluation.

Selon Mame Oumar Diop, Spécialiste Principal de l’Education à l’Institut International pour le Renforcement de Capacité de l’Unesco en Afrique, « cette formation entre dans le cadre du projet “Autonomisation des jeunes pour la construction de la paix et de la résilience et pour la prévention de l’extrémisme violent dans les pays du Sahel grâce au développement de la profession enseignante. Elle est financée par le gouvernement du Japon et est organisée à l’intention des formateurs d’enseignants sur le guide à paraître intitulé ‘’La pédagogie transformationnelle en faveur de la construction de la paix dans les pays du Sahel’’ ».

Prévue jusqu’au 2 novembre, la formation aura lieu grâce au soutien technique du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest et va rassembler cinq formateurs d’enseignants, ainsi que des responsables politiques spécialistes des questions enseignantes de niveau ministériel des 10 pays parties au projet : Algérie, Burkina Faso, Cameroun, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, République centrafricaine, Sénégal et Tchad. Il s’agira, en effet, de renforcer les curricula délivrés dans les formations des apprenants du secondaire pour qu’ils soient mieux outillés afin de ne pas verser dans l’extrémisme violent.

« Cet atelier sera aussi un moyen pour les représentants de différents bureaux nationaux et régionaux de l’UNESCO, ainsi que du Bureau régional de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, de ‘’capitaliser les expertises et bonnes pratiques de chacun, et ainsi d’en assurer leur diffusion », précise Mame Oumar Diop. Selon le Spécialiste Principal de l’Education à l’Institut International pour le renforcement de Capacité de l’Unesco en Afrique, « l‘accent sera mis surtout sur les curricula, la pédagogie, la pratique et l’évaluation et sont visés les pays où le projet intervient ».



La jeunesse gambienne s’engage pour la promotion de la paix, du développement durable et de la citoyenneté mondiale


Lors d’une semaine de formation organisée du 3 au 8 juillet 2017 à l’Independence Stadium à Bakau, Gambie, dans le cadre du Programme de participation de l’UNESCO, la Commission Nationale gambienne pour l’UNESCO, en partenariat avec l’UNESCO et l’UNFPA, réunissait plus de 200 jeunes issues de toutes les regions de la Gambie ainsi que leurs enseignants. Ces élèves et leurs enseignants ont ainsi pu apprendre comment promouvoir les valeurs fondamentales de co-existence pacifique et mieux comprendre les concepts de Citoyenneté mondiale, développement durable et consolidation de la paix. A la fin de cet atelier, les participants ont adopté une Déclaration appelant les organisations de jeunesses ainsi que les autorités nationales à agir en faveur de l’intégration au sein du système éducatif de l’éducation à la citoyenneté mondiale et de l’éducation au développement durable, ainsi que le développement de programmes d'entrepreneuriat. Ils ont également appelé à la participation d’organisations communautaires de jeunesse aux processus décisionnels. Lire la suite...

Source: OnuSenegal



Prévenir l'extrémisme violent (PEV) - comment appréhender la situation des prisons au Sénégal


Le Bureau de l'UNESCO à Dakar a organisé une consultation nationale pour se pencher sur la question des prisons au Sénégal et proposer des solutions viables par l'éducation pour prévenir d’éventuelles retombées violentes pour la société sénégalaise.

Le Bureau régional multisectoriel de l'UNESCO à Dakar a organisé, en partenariat avec la Commission nationale sénégalaise pour l'UNESCO et des experts, une "Consultation nationale sur la situation des prisons au Sénégal : Amélioration des conditions de détention, de réinsertion sociale et prévention de l’extrémisme violent par l’éducation" à Dakar au Sénégal du 23 au 24 mai 2017. Une cinquantaine de participants représentant le gouvernement sénégalais, la société civile et la communauté de recherche ainsi que les organisations des Nations Unies ont participé à cette consultation.

Radicalisation dans les prisons

L'ONUDC note que les taux de surpeuplement des prisons au Sahel sont parmi les plus élevés au monde, dépassant 230% selon ses estimations. Les conditions de détention dans la région soulèvent un certain nombre de préoccupations, en matière de sécurité et de droits humains, qui peuvent conduire souvent à la radicalisation des prisonniers, par le biais d'un réseau d'extrémistes violents dans les prisons, qui accèdent aux recrues potentielles, radicalisent les autres prisonniers, et coordonnent des crimes en dehors de la prison.

Le Plan d'action pour la prévention de l'extrémisme violent souligne également certains facteurs récurrents, qui peuvent conduire à la radicalisation et à l'extrémisme violent, y compris des facteurs tels que le manque d'opportunités socioéconomiques, la marginalisation et la discrimination, la mauvaise gouvernance, la violation des droits de l'homme et la primauté du droit, Et des conflits prolongés et non résolus, et la radicalisation dans les prisons. Il montre en outre que le traitement sévère dans les centres de détention peut jouer un rôle dans le recrutement de personnes qui ont rejoint des groupes extrémistes violents et des organisations terroristes.

L'éducation dans les prisons est un droit de l'homme

La Convention de l'UNESCO sur la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'éducation, en 1960, ainsi que d'autres traités internationaux relatifs aux droits de l'homme, quant à eux, interdisent toute exclusion ou restriction d'accès à l'éducation sur la base de différences socialement attribuées ou perçues. Cela signifie que nous ne devons prendre en compte les membres les plus vulnérables et marginalisés de notre société, y compris les prisonniers. En outre, le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) a recommandé dans sa résolution 1990/20 que: «tous les détenus devraient avoir accès à l'éducation, y compris les programmes d'alphabétisation, l'éducation de base, la formation professionnelle, les activités créatives, religieuses et culturelles, l'éducation physique et les sports , L'éducation sociale, l'enseignement supérieur et les bibliothèques ». L'éducation dans les prisons est un droit humain.

Dans ce contexte, la consultation nationale sur les prisons visait à:

  1. développer une compréhension commune des problèmes pénitentiaires au Sénégal entre différents ministères et parties prenantes et réfléchir aux conséquences si des mesures urgentes et adéquates pour y remédier ne sont pas prises ;

  2. faire le point sur l’offre de formation disponible pendant la purge de la peine et sur la perspective de la réinsertion sociale en examinant les pratiques actuelles dans les prisons, ainsi que les cadres législatifs et institutionnels et les lacunes dans les politiques pour mieux répondre aux besoins de la population carcérale;et

  3. proposer un cadre adéquat d'intervention efficace pour les activités de seconde chance mieux adaptées au contexte sénégalais, liées au Plan Sénégal Emergent (PSE) et aux cadres régionaux et mondiaux pertinents afin de s'assurer que tous les apprenants acquièrent les connaissances, les compétences, les valeurs et les attitudes nécessaires pour construire des sociétés justes, pacifiques et durables.

La consultation a tout d'abord permis d’aborder les problèmes contextuels, en ce qui concerne la sécurité et les droits de l'homme, afin d'améliorer la compréhension et de permettre une prise de conscience des problèmes, dans les prisons au Sénégal, en se référant aux conventions et engagements internationaux, ainsi qu'à l'historique des prisons dans le pays. Suite à cela, de bonnes politiques et pratiques au Sénégal ont été présentées, y compris des cadres politiques efficaces et des solutions pratiques innovantes, un programme d'intégration sociale dirigé par des organisations de base telles que G Hip Hop et Tostan, le programme scolaire de la deuxième chance et la question de la prévention de l'extrémisme religieux. La consultation a également présenté des expériences internationales, comme celles du Canada, des États-Unis et de l'Amérique latine, afin de connaître les pratiques innovantes et les engagements de la communauté et d'examiner l'adaptabilité de ces pratiques internationales au contexte sénégalais. Les experts ont ensuite discuté des besoins pour la recherche au Sénégal. À la fin de la consultation, les participants ont proposé des stratégies de suivi dans les domaines suivants: (1) l'amélioration des politiques et la gestion des prisons, (2) les programmes de réinsertion sociale et (3)la prévention de l'extrémisme violent par l'éducation (PEV-E).



Pages

S'abonner à RSS - Apprendre à vivre ensemble