Africa

Intégration de la pédagogie transformationnelle dans les systèmes éducatifs, un outil efficace pour la prévention de l’extrémisme violent


Les représentants des ministères de l’éducation primaire et secondaire du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Sénégal ont partagé au cours d’un atelier à Niamey (Niger), leurs expériences et échangé sur les moyens d’intégration de la pédagogie transformationnelle dans leurs systèmes éducatifs en tant qu’outil favorisant la résilience, l’engagement pour la paix et la prévention de l’extrémisme violent. Lire la suite...



Teaching respect for all: implementation guide


Tilte: Teaching respect for all: implementation guide

Description: This Teaching Respect for All Implementation Guide comprises a set of policy guidelines, questions for self-reflection, ideas and examples of learning activities to integrate Teaching Respect for All into all aspects of upper primary and lower secondary education, in an effort to counteract discrimination in and through education. It mainly targets policy makers, administrators/headteachers and formal and informal educators

Issue date: 2014

Author: UNESCO

Link : DOWNLOAD



Education à la citoyenneté mondiale dans des contextes locaux


TitreEducation à la citoyenneté mondiale dans des contextes locaux

Description: The 50th issue of SangSaeng has been published with the theme “Global Citizenship Education in Local Contexts.” This edition reviews the divergent efforts to implement Global Citizenship Education(GCED) in the indigenous context of each region. Readers are invited to explore the fields of GCED from national and regional perspectives, as well as in formal, non-formal and informal education.

Année de publication: 2018

Auteur: UNESCO

Lien: TELECHARGER 



"La meilleure arme contre les violences au Burkina Faso, c’est l’éducation" (Historien)


Le Burkina Faso traverse depuis quelques années une crise. En effet, depuis 2015, certaines régions du pays sont le théâtre d’attaques terroristes. Ces attaques ont causé la mort de plus d’une centaine de personnes et la fermeture de plusieurs établissements scolaires dans les régions concernées. Ce qui a amené le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a décrété l’état d’urgence. A cela, s’ajoutent les massacres de Yirgou survenus dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019. Pour Bruno Doti Sanou, historien, enseignant-chercheur à l’UCAO et à l’Université Nazi Boni, plusieurs raisons sont à l’origine de « ces malheurs » que vivent les Burkinabè. Lire la suite ....

Source:  LeFaso.net



S'abonner à RSS - Africa