Burkina Faso

Des pays du Sahel réunis autour du suivi de l’intégration de la PEV dans les systèmes éducatifs


Le Mali, le Niger, la Gambie, le Burkina Faso, le Sénégal et la Guinée-Bissau, se sont réunis pendant deux jours à Dakar pour faire l’état d’avancement de l’intégration de la prévention de l’extrémisme violent (PEV) dans les programmes éducatifs et dans les processus d'enseignement et d'apprentissage de leur pays respectif. Lire la suite...

 

Source: UNESCO



Intégration de la pédagogie transformationnelle dans les systèmes éducatifs, un outil efficace pour la prévention de l’extrémisme violent


Les représentants des ministères de l’éducation primaire et secondaire du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Sénégal ont partagé au cours d’un atelier à Niamey (Niger), leurs expériences et échangé sur les moyens d’intégration de la pédagogie transformationnelle dans leurs systèmes éducatifs en tant qu’outil favorisant la résilience, l’engagement pour la paix et la prévention de l’extrémisme violent. Lire la suite...



Lutte contre la violence au Burkina : des universitaires veulent apporter leur contribution


Les responsables du Laboratoire langues, discours et pratiques artistiques (LADIPA) de l’Université Joseph-Ki-Zerbo était face à la presse, le vendredi 17 mai 2019, à Ouagadougou pour annoncer la tenue d’un colloque international sur le thème : «La violence dans les langues, les littératures et les arts du Sahel» du 23 au 25 mai prochain. Lire la suite...



Extremisme violent en Afrique de l'Ouest : Le Conseil De L’Entente Réfléchit Sur Les Mécanismes De Prévention


Le deuxième atelier technique régional d’échange d’expériences et d’analyses pour la prévention de l’extrémisme violent dans l’espace entente a ouvert ses portes ce lundi 20 mai 2019 à l’hôtel Silmandé. Pendant 72h, une soixantaine d’experts de la question sécuritaire se pencheront sur les voies et moyens nécessaires pour prévenir l’extrémisme violent à cours, moyen et long terme. Lire la suite...



Le débat Paix et Sécurité


Comment restaurer durablement la paix et la sécurité en Afrique de l’Ouest ? Lire la suite...

Source: wathi.org



Radicalisation et extrémisme violent : Des jeunes de diverses confessions religieuses abordent la question


La radicalisation et l’extrémisme violent sont une réalité au pays des Hommes intègres. Pour venir à bout de ce fléau, l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC/Dori) a tenu un atelier national à l’attention des jeunes de plusieurs confessions religieuses les 20 et 21 mars 2019 à Ouagadougou.  « Prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent au Burkina Faso : le rôle des jeunes ». C’est sous ce thème que l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC/Dori), avec l’appui de l’Association Puits de Jacob, organise cet atelier national de sensibilisation et de mobilisation pour la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent. Les participants (plus de 60) de diverses confessions religieuses qui ont fait le déplacement des différentes régions du pays s’approprieront ce thème afin d’agir positivement sur leur milieu de vie. Lire la suite .....

Source: LeFaso



Burkina Faso : Une quarantaine d’écoles ont rouvert


Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN), le Pr Stanislas Ouaro a présidé le jeudi 28 février 2019 à Ouagadougou, la revue annuelle 2018 du Plan national de développement économique et social (PNDES). Il s’agit au cours de cette rencontre, le Cadre sectoriel de dialogue de l’éducation et de la formation, d’apprécier et de valider le rapport sectoriel de performance annuel 2018 du PNDES qui fait le bilan de la mise en œuvre dudit plan entre janvier et décembre 2018.  Lire la suite....

Source: Burkina24



À Ouagadougou, les pays du G5 Sahel réunis pour contrer les violences jihadistes


Les chefs d'État du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Tchad, Niger et Burkina Faso) réunis pour un sommet mardi à Ouagadougou doivent plancher sur des solutions pour tenter d'enrayer la spirale infernale dans laquelle s'enfonce le Burkina.

Les pays du G5 Sahel parviendront-ils à enrayer les attaques qui secouent la région ? Pays hôte, le Burkina Faso est au centre de l’attention du sommet, ouvert mardi 5 février sous haute surveillance en raison du contexte sécuritaire.

« Le Burkina Faso qui était parmi les pays les plus paisibles au moment de la création du G5 Sahel, est aujourd’hui victime d’attaques de terroristes aux visées obscurantistes », a ainsi déploré l’ancien chef d’État burundais Pierre Buyoya, représentant de l’Union africaine au sommet. Lire la suite....

Source : Jeune Afrique 



Pages

S'abonner à RSS - Burkina Faso